FIFSW and the Faculty of Law are among co-sponsors of curriculum that examines forced marriage in Canada

la version française suit

 

The topic of “forced” marriage has increasingly garnered international interest. In April 2014, it was the subject of the UN Human Rights Council and General Assembly. The Commonwealth devoted a roundtable discussion to the topic. In Canada, “forced” marriage was brought to national attention by an important study released by the South Asian Legal Clinic of Ontario.

This curriculum examines “forced” marriage by interrogating the law’s culture on youth agency and consent. It was designed for high school teachers situated in Ontario, Canada, and speaks directly to Ontario’s educational guidelines. This was a project co-sponsored by FIFSW, and speaks to a compelling topic that straddles a wide range of issues that pertain to social work in a multicultural context. We are making it available on the FIFSW website as an open-access resource for teachers and the general public. The documents are freely available in English by clicking the links below. It is also available in Arabic, French, Punjabi and Urdu for those working in different language communities that contribute to the vibrancy of this province and Canada at large.

When we use terms like “forced” marriage and “consent”, we often rely upon unstated but nonetheless universalizing presumptions about what counts as agency, autonomy, capacity, and consent. Revealing these assumptions as they take shape in Canadian law is among the goals of this curriculum project. Taking account of these presumptions is important given that various countries, including Canada, are considering or have passed legislation criminalizing “forced” marriage, with the implication of sociologically criminalizing communities affiliated with that practice, in particular the South Asian community. Legislation certainly provides immediate satisfaction that something is being done. But it is a short-term measure that does little for long-term engagement with communities, cultures, and ideas.

 

Preface and Teacher’s Guide
Age of Majority
Guardianship
Minimum Age of Marriage
Forced Marriage
Emancipation
Options and Resources

 

It’s My Choice: Who, If, When to Marry
A graphic novel developed by the South Asian Legal Clinic of Ontario to create a climate for productive dialogue and conversation on forced marriage.

 

Un programme qui examine le mariage « forcé »

Le thème des mariages « forcés » retient de plus en plus l’intérêt de la communauté internationale. En avril 2014, il s’est retrouvé à l’ordre du jour du Conseil des droits de l’homme et de l’Assemblée générale des Nations Unies. Le Commonwealth a aussi tenu une table ronde sur le sujet. Au Canada, une importante étude publiée par la South Asian Legal Clinic of Ontario a attiré l’attention de tout le pays sur le phénomène des mariages « forcés ».

Ce programme examine le mariage « forcé » en interrogeant les composantes culturelles de la loi en ce qui a trait à l’entremise et au consentement chez les jeunes. Il a été conçu pour les enseignants du secondaire de l’Ontario, au Canada, et s’adresse directement aux programmes éducatifs de cette province. Cofinancé par FIFSW, ce projet traite d’un sujet important et aborde une multitude de problématiques relevant du travail social dans un contexte multiculturel. Il est mis à la disposition des enseignants et du grand public, en accès libre, sur le site web de la FIFSW. En cliquant sur les liens ci-dessous, vous aurez accès à une version française des documents. Ceux-ci sont également disponibles en arabe, pendjabi et urdu pour les personnes oeuvrant auprès de différentes communautés linguistiques, qui contribuent toutes à leur façon au dynamisme de l’Ontario et du Canada en général.

Lorsque nous utilisons des termes tels que mariage « forcé » et « consentement », nous nous appuyons souvent sur certaines idées préconçues, inexprimées mais néanmoins universellement partagées, concernant la façon dont nous définissons l’entremise, l’autonomie, la capacité et le consentement. L’exposition des idées préconçues présentes dans la législation canadienne compte parmi les principaux objectifs de ce projet. Leur prise en compte est importante du fait que plusieurs pays, incluant le Canada, ont légiféré – ou envisagent le faire – dans le but de criminaliser les mariages « forcés », ce qui a pour effet de criminaliser sociologiquement les communautés pratiquant de tels mariages, en particulier des communautés originaires de l’Asie du Sud. L’adoption de lois nous rassure : quelque chose est fait pour contrer le phénomène. Mais ce ne sont que des mesures à court terme qui n’entraînent aucun engagement réel et durable envers les communautés, les cultures et les idées.

 

Guide de l’enseignant
L’âge de la majorité
La tutelle
L’âge minimum pour se marier
Mariage forcé
L’émancipation
Options et ressources

 

Roman graphique: It’s My Choice: Who, If When to Marry
Le téléchargement de la bande dessinée (environ 92 Mo) pourrait également prendre quelques minutes.